25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 18:37
 

Popularités présidentielles : plus dure sera la chute

Nicolas Sarkozy et François Fillon à la sortie du conseil des ministres, le 14 novembre 2007.

 
AFP/ERIC FEFERBERG
Les courbes de popularité de Nicolas Sarkozy et de François Fillon se sont croisées en janvier pour la première fois.

Leurs courbes de popularité se sont croisées en janvier. Jusqu'alors, le premier ministre, François Fillon, et le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, avaient fait route ensemble, déclinant doucement de concert comme de nombreux couples exécutifs avant eux. Mais l'ordre protocolaire était respecté : le locataire de l'Elysée restait plus populaire que celui de Matignon.

 

Les premiers présidents de la Ve République étaient impopulaires quand l'approbation de leur action, mesurée par l'IFOP (Institut français d'opinion publique, la première entreprise de sondages politiques créée en France), descendait au-dessous de... 60 %. Charles de Gaulle a eu une cote inférieure à 50 % en 1963, après la grande grève des mineurs. Sinon, pendant ses dix ans de présidence (1959-1969), il a presque toujours été approuvé par les deux tiers des Français, ou pas loin. Sauf à partir de la fin 1967 et jusqu'à sa défaite au référendum de 1969, où seule sa majorité l'a soutenu.

Georges Pompidou (1969-1974) a connu les mêmes niveaux de popularité que de Gaulle, avec une baisse dans les derniers mois. Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981) a été le premier président soutenu par moins de 50 % des Français, de la fin 1976 à la fin 1977, puis pendant ses deux dernières années de mandat. Comme ses deux prédécesseurs, néanmoins, il a toujours été plus populaire que ses premiers ministres.

Les seniors décrochent. Ce sont d'abord les personnes âgées qui ont abandonné M. Sarkozy. Choquées par le divorce du président d'avec Cécilia, elles n'ont pas été davantage rassurées par l'apparition soudaine de Carla Bruni, sa nouvelle épouse. La médiatisation de la vie privée du président, l'exposition de son bonheur personnel ont heurté la partie la plus traditionnelle de l'électorat de droite.

 

L'électorat populaire se sent trahi. "Qu'est-ce que vous me demandez de faire : vider des caisses déjà vides ?" Le 8 janvier, d'une phrase, le chef de l'Etat ruine ses promesses sur le pouvoir d'achat. Confrontés à la hausse de l'essence et des matières premières agricoles, les Français, et surtout les milieux populaires qui l'ont porté majoritairement au pouvoir, comprennent que le président renonce au "choc de confiance" espéré par la mise en place du "paquet fiscal" à l'été 2007. Moins spectaculaire que le renoncement de Jacques Chirac à réduire la "fracture sociale" en octobre 1995, cet "ajustement" permet à la gauche de nourrir le soupçon sur l'imminence d'un plan de rigueur et de dénoncer les promesses non tenues.

L'aile gauche du sarkozysme s'impatiente. Séduits par "l'ouverture" et le vent de libéralisme qui parfois soufflait dans les discours du candidat, les sarkozystes venus de la gauche libérale voient d'un mauvais oeil les discrets reculs du chef de l'Etat : réformes des universités incomplètes, service minimum moins coercitif qu'espéré, une remise à plat des institutions a minima. Reprenant espoir avec le rapport sur la croissance commandé à Jacques Attali, ancien sherpa de François Mitterrand, ils déchantent lorsque M. Sarkozy s'éloigne de quelques-unes de ses préconisations concernant notamment la libéralisation des professions protégées.

Le style en question. Ces différents décrochages ne sauraient, selon les sondeurs, expliquer à eux seuls le dévissage du chef de l'Etat. Plus d'un pointe du doigt la question du "style présidentiel". Dans cette donnée, plus volatile et plus rétive aux simplifications sondagières, se mêlent les reproches sur le volontarisme parfois vain du chef de l'Etat, l'hyperprésidence et son corollaire, l'hypermédiatisation, la publicité de la vie privée. "Ce que les Français ont aimé chez le candidat, ils le reprochent désormais au président", explique un sondeur.

Les conseillers désavoués. L'organisation du pouvoir semble elle aussi subir un discrédit. Les prises de position des conseillers du président au détriment des ministres et du premier d'entre eux apparaissent désormais comme une source de cacophonie ou, à tout le moins, comme une complexité supplémentaire.

Leur exposition prive les députés d'une tribune et d'une partie de leur rôle de législateurs. Boudeurs, ils rechignent à répercuter les "bonnes nouvelles" quand il y en a. L'épisode tragi-comique des municipales de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) a également donné l'impression que le chef de l'Etat avait perdu la main.

François Fillon, le point fixe du sarkozysme. Dans ce paysage politique en travaux permanents, les Français se raccrochent à la personne du premier ministre, le seul dont le style n'ait pas changé en neuf mois d'exercice du pouvoir. Il est devenu le point fixe du sarkozysme. En restant lui-même, sobre et discret, il est devenu tendance, au point d'agacer l'Elysée.

Alors que le "Sarkozy bashing" fait des ravages, il échappe à la vindicte de ses adversaires. Pourtant, il ne fait que mettre en oeuvre, selon son expression, "les impulsions" présidentielles. Lui aussi a déclaré qu'il était "à la tête d'un Etat en faillite". Mais aujourd'hui, paradoxalement, c'est Nicolas Sarkozy qui lui sert de paratonnerre.

Philippe Ridet

Partager cet article

Published by Gaullisme populaire et Sociaux . Daniel Hentzé - dans Droite
commenter cet article

commentaires

jacques 25/02/2008

N.Sarkozy  n'est  pas  digne dela confiance  que nous  lui   avons      fait,nous avons cru à ses paroles  or chaque jour  il nous déçoit un peu plus, personnellement je pense qu'il aurait ètre plus discret  sur sa vie privée mais celà ne me choc pas,ce que lui reproche  c'est  qu'il ne tient aucune des paroles qu'il nous avait annoncé  dans ses  discours  préélectoraux,nous avons   cru qu'il  redonnerait  ses valeurs  à la France,chaque jour  sa  popularité diminue  pour ne pas dire qu'elle n'existe plus,il ne fait confiance à personne,est incapable de se controler,si demain  il se trouvait dans  situation tragique il serait incapable  d'y faire face,nous pouvons tout  craindre,il  renie le mardi ce qu'il a dit le lundi,il ne connait  qu'une chose se faire voir,c'est un  homme  intelligent  mais  son égocentrisme  l'empèche  de comprendre,iln'y a rien de pire que le peuple  en colère,c'est pire qu'une guerre,les haines personnelles,se réveilllent,la voyoucrasie,en profite  ,c'est l'anarchie,et vis à vis de  nos partenaires étrangers ,là non plus la confiance  n'y est plus et bientôt nous avons la présidence?????  

Liste D'articles

  • Orange | Orange : le 1er R.E.C. va célébrer...
    Orange | Orange : le 1er R.E.C. va célébrer Camerone durant trois jours | La Provence http://t.co/X0xSyvBclv via @laprovence Hentzé (@gaulliste2012) April 17, 2014 I l s'agit des dernières manifestations du régiment avant le départ, le 9 juillet. On...
  • Rigueur: la fronde se propage chez les députés...
    Rigueur: la fronde se propage chez les députés socialistes http://t.co/A7TYtTuNNc via @Le_Figaro Hentzé (@gaulliste2012) April 17, 2014 VIDÉOS - Les économies annoncées par le premier ministre passent mal au sein du groupe PS. Du jamais vu dans les annales...
  • En Espagne, les pénitents célèbrent la Semaine...
    En Espagne, les pénitents célèbrent la Semaine Sainte http://t.co/RuDVX6CuOi via @Le_Figaro Hentzé (@gaulliste2012) April 17, 2014 EN IMAGES - Lors de la Semaine Sainte, les catholiques commémorent la passion du Christ. En Espagne, les confréries de...
  • Hollande envoie Valls au front...
    Hollande envoie Valls au front http://t.co/DwI2aDGh83 via @Le_Figaro Hentzé (@gaulliste2012) April 17, 2014 La mise en scène était soignée. À l'issue d'un Conseil des ministres inhabituellement long, François Hollande est sorti sur le perron de l'Élysée...
  • Économies: approuvez-vous le gel des retraites et...
    Économies: approuvez-vous le gel des retraites et des prestations sociales? http://t.co/NvFfH0ZPP2 via @Le_Figaro Hentzé (@gaulliste2012) April 17, 2014 Les prestations sociales financées par les cotisations sur votre salaire sont du salaire différé....
  • Dominique Voynet nommée inspectrice générale...
    Dominique Voynet nommée inspectrice générale des affaires sociales - L'Express http://t.co/EURi9RA12Y via @Lexpress Hentzé (@gaulliste2012) April 16, 2014 Par LEXPRESS.fr, publié le Ce mercredi, l'ex-maire EELV de Montreuil a été nommée inspectrice générale...
  • Maire, adjoint, conseiller : combien gagnent...
    Maire, adjoint, conseiller : combien gagnent Martine Aubry et les élus lillois ? - Lille et ses environs http://t.co/uTwbkabaue Hentzé (@gaulliste2012) April 16, 2014
  • Algérie : Leçon d’histoire pour le député PS...
    Algérie : Leçon d’histoire pour le député PS du 93 Goldberg, qui ose demander à Hollande de s’excuser http://t.co/oMDbvMdhaz Hentzé (@gaulliste2012) April 14, 2014 En écrivant à François Hollande, dans un courrier tenant compte du cinquantenaire de "...
  • Cote de popularité : grand écart inédit entre...
    Cote de popularité : grand écart inédit entre Hollande et Valls http://t.co/fbFgSXxz9F via @le_figaro Hentzé (@gaulliste2012) April 14, 2014 La cote de popularité à hauteur de 18% de François Hollande, en chute de cinq points en avril, se situe 40 points...
  • Mariage gay : le «malaise grandissant» des...
    Mariage gay : le «malaise grandissant» des commissaires face à la répression http://t.co/lH91SFnZ7c via @Le_Figaro Hentzé (@gaulliste2012) April 14, 2014

Les Défis Internes à l'Etat-Nation

L'Exécutif Français

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog